Defenses des droits humains

L’ampleur des conflits fonciers avec leur corollaire de violation des droits humains allant des persécutions souvent jusqu’au sacrifice ultime, ne laisse indifférent aucun être humain et aucune organisation responsable. A cela s’ajoute la criminalisation des défenseurs des communautés victimes d’accaparement des terres, (activistes, leaders paysans et communautaires, …). A cet effet, la CMAT se bat pour :

  • Faire arrêter légalement et légitimement toutes formes d’expulsions et d’expropriation par la violation des droits (droits humains, droits à l’alimentation…) ;
  • Exiger une réparation de préjudices tant matériel qu’immatériel  ;
  • Renforcer les capacités des communautés victimes à travers la formation de parajuristes pour d’abord consolider la cohésion sociale entre les citoyens et d’assoir un dispositif de défenses de proximité contre les éventuels cas d’abus de pouvoir et autres violations de leur droit ;
  • Proposer d’approches nouvelles conciliant les bonnes pratiques des Us et coutumes et les textes législatifs et autres mécanismes internationaux pour trouver des solutions alternatives pouvant prévenir et résoudre les conflits fonciers.